La séance de travail s’inscrit dans le prolongement de la réunion de Lomé, en mai dernier, sur la nécessité de promouvoir la consommation et la transformation du café Robusta d’Afrique et de Madagascar.

« L’objectif de cette rencontre était d’échanger sur les termes de références du projet, ensuite de l’organisation d’une table ronde avec les acteurs de la chaine de valeur du café et enfin de lever des fonds pour le financement dudit projet », confie M. Aly Touré, Président du Comité Promotion, Jeunesse, et Marketing de l’Agence des Cafés Robustas d’Afrique et de Madagascar(ACRAM). Il est ainsi passé des paroles aux actes, signe de pragmatisme. La dernière réunion de l’Agence des Cafés Robustas D’Afrique et de Madagascar (ACRAM) le 27 mai 2022 à Lomé au TOGO, avait insisté sur l’urgence de l’élaboration d’un projet sur la promotion de la consommation et de la transformation du café Robusta en Afrique. Quelques semaines plus tard, l’auteur de la proposition, l’Ambassadeur ivoirien Aly TOURE, par ailleurs Président du Comité Promotion, Jeunesse, et Marketing de l’ACRAM, a eu une séance de travail, le 23 juin 2022,à Libreville, au Gabon, dans les locaux de l’ACRAM avec Ismaël Ndjewe, Secrétaire Exécutif de de l’organisation et Représentant Résident du Centre de Commerce International(ITC).

« Améliorer les revenus de petits producteurs »

Le programme de relance de la caféiculture en Afrique, adopté par le Conseil des Ministres ACP-UE à Nairobi (KENYA) en 2014, et financé par le 11ᵉ Fonds Européen de Développement (FED), dans l’optique de la dynamique de soutien de l’Union Européenne (UE) au développement du secteur privé dans les pays Afrique Caraïbes Pacifique(ACP), oblige l’ACRAM, en partenariat avec le Centre du Commerce International et d’autres entités, à mettre sur pied des projets pour participer à l’amélioration des revenus des petits producteurs.

L’ACRAM, association internationale à but non lucratif regroupant les opérateurs privés et publics intéressés par la filière Café Robusta d’Afrique et de Madagascar, regroupe des pays comme le Cameroun, la Côte d’Ivoire, le Gabon, la Centrafrique, la Sierra Léone, le Libéria, le Togo, l’Angola et Madagascar.

L’Ambassadeur Aly Touré a par ailleurs eu un échange avec Monsieur Thierry Mboussou, Directeur Général de la CAISTAB du Gabon, dont la mission première est de réguler les prix des produits café-cacao aux producteurs.

La rédaction de Newsafrica24

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.