L’ambassade du Cameroun, à Paris, était le cadre de l’évènement, hier, jeudi.

Il est 10 h 40, hier jeudi. La salle d’apparat de l’Ambassade du Cameroun, rue d’Auteuil, à Paris 16ᵉ, est pleine comme un œuf. Le maître des lieux, SEM. André-Magnus Ekoumou, Ambassadeur Extraordinaire Plénipotentiaire du Cameroun en France est annoncé, au milieu des entreprises camerounaises et françaises, œuvrant dans les domaines du bois et meuble, agricole, d’élevage, du numérique… Des interventions concernant divers secteurs économiques du Cameroun, ont occupé la matinée alors que l’après-midi était consacré aux échanges b to b.

Le public se met debout pour l’accueillir, puis se rassoit. L’évènement qui réunit du beau monde peut démarrer.

« Terre d’opportunités »

« Opportunités d’investissement au Cameroun « . C’est sous cette thématique générique que le premier Forum économique du Cameroun s’est tenu, jeudi, dans les locaux de la Représentation diplomatique du triangle national dans l’hexagone. Pour l’occasion, une trentaine de Maires de villes et communes camerounaises, sous la houlette du président Augustin Tamba, ont fait le déplacement, aux côtés des membres du Medef, le patronat français, des entrepreneurs camerounais d’origine en France ainsi des représentants des ministères de la Planification, économie et administration territoriale, ceux des Petites et moyennes entreprises et action sociale ou encore de l’agence pour la Promotion des Investissements (API). L’enjeu est de taille, il s’agit ni plus ni moins que de donner envie aux investisseurs présents, de jeter leur dévolu sur la destination Cameroun, cette Afrique en miniature. Ouvrant solennellement les travaux de cette réunion économique, en saluant la rencontre de notre « Communauté d’affaires », l’Ambassadeur Ekoumou a expliqué que « Ce Forum s’inscrit dans la droite ligne de la volonté du président de la République, Paul Biya, à œuvrer pour l’attente de l’émergence en 2035 », avant d’ajouter qu’il s’agit aussi de « Communiquer sur la situation réelle du Cameroun », en matière d’opportunités dont regorge le pays.

« 70% du PIB de la CEMAC »

Ces atouts ont été tour à tour déclinés toute la matinée, via les interventions des experts sur quatre secteurs majeurs : «  les grands chantiers de développement a besoin de financement au Cameroun », présentés par le Directeur général du Ministère de l’Economie de la Planification, et de l’Aménagement des Territoires, M. Assamba, qui a notamment rappelé que « Le Cameroun c’est 70% du PIB de la CEMAC » ; « Promotion de l’entrepreneuriat, développement et la compétitivité des PME, de l’économie sociale et de l’artisanat », avec Mme Menanga, Conseillère technique n°1 ; « Incitation et climat des affaires au Cameroun » par un Directeur de l’API en compagnie de la Directrice générale Mme Angéline Marthe Minja ; « Collectivités territoriales décentralisées et opportunités d’investissement », avec Augustin Tamba, président des Communes et villes Unies du Cameroun(CVUC). L’après-midi était consacré aux rencontres business to business entre délégation camerounaise et acteurs économiques invités.

Une journée riche en enseignements, qui a conforté l’idée du rêve de la destination Cameroun que les pouvoirs publics entendent partager avec les investisseurs. Il faut attendre quelques semaines, voire plus pour savoir si cette opération de charme, dans le cadre de ce premier forum économique du Cameroun, a fonctionné.

Par Jean-Célestin Edjangué à Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.