La nouvelle a été annoncée, par le ministre des Affaires étrangères chinois Wang Yi, le 18 août dernier, lors d’une réunion de coordination de la coopération sino-africaine, le ministre chinois des Affaires étrangères a rappelé les engagements de la Chine sur le continent et la coopération avec l’Afrique en matière de santé, d’énergie, de sécurité alimentaire…

Voilà qui ne manquera pas de faire jaser en Europe comme aux États-Unis. La Chine vient purement et simplement de décider d’annuler 23 prêts contractés par 17 pays africains, prêts arrivés à échéance à la fin de l’année 2021. Et si rien de très précis n’a été dévoilé sur les pays concernés ni les montants, on peut dire que ce n’est pas la première fois que Pékin agit pour restructurer les dettes des pays africains. Le Congo, l’Angola ou encore la Zambie qui en a bénéficié récemment, en savent quelque chose. Un mécanisme qui a permis à ces pays, devant leur incapacité à rembourser, à profiter de la bienveillance de la Chine.

150 milliards de dollars

Antony Blinken, le Secrétaire d’État américain en déplacement en Afrique, a fustigé ce « piège de la dette » puisque 30% de la dette publique africaine appartiendrait à la Chine, l’un des plus gros créanciers du continent. N’est-ce pas Djibouti, la Guinée ou le Cameroun ?

Selon de nombreux spécialistes, ces dernières opérations de restructuration concerneraient quelques milliards ? Autant dire une poignée de cacahuètes pour le géant économique asiatique en comparaison avec ses investissements sur le continent, pour un grand bol d’air pour les États africains endettés. Les mêmes experts estiment les créances totales des États africains vis-à-vis de la Chine, à 150 milliards de dollars au total, depuis une dizaine d’années.

La Rédaction de Newsafrica24

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.