La maîtrise du développement urbain dans ces deux espaces géographiques que sont l’Afrique et la Caraïbe, sera en débat lors du 2ᵉ Salon des Produits et services inspirés de l’Afrique et de l’Outre-mer(PSAO), à Douala, cité économique du Cameroun, les 1 et 2 juillet 2022.

Comment concevoir une ville avec des paramètres fonctionnels et esthétiques souhaités, sans aucune appréhension quant à son développement ? Vaste question à laquelle il n’est pas toujours aisé de répondre. 

Faiblesse de revenus

Le dynamisme démographique de l’Afrique, continent le plus jeune au monde avec 66 à 70% de la population âgée de moins de 25 ans et des Caraïbes, a des répercussions sur l’esthétique urbaine. Dans les grandes métropoles ou mégapoles, la croissance démographique qui veut que les centres urbains attirent de plus en plus d’habitants, va souvent de pair avec l’importation des habitudes culturelles villageoises ou campagnardes, rarement compatibles avec la vie en ville, d’autant plus que la population africaine devrait doubler pour atteindre les 2,5 milliards d’habitants à l’horizon 2050. Parallèlement, le niveau de revenus des habitants est relativement bas, comparé à d’autres régions, avec un montant des investissements autour de 20% du PIB. Mais ce dynamisme démographique urbain peut profiter aux PMI-PME.

Synergie autorités publiques et secteur privé

La création de villes inclusives, durables et résilientes, est un des objectifs de développement durable(ODD) des Nations unies.  L’atteindre, c’est savoir créer des synergies entre les autorités publiques, les gouvernements et le secteur privé pour relever les défis liés à l’occupation de l’espace urbain face à la démographie galopante des agglomérations urbaines africaines et caribéennes : l’emploi, le logement, le foncier, les transports, les énergies propres, la santé… Les entreprises du secteur des nouvelles technologies de l’information et de la communication, les Petites et moyennes entreprises ou encore des Petites et moyennes industries, ont un rôle moteur à jouer pour faire des cités africaines et de l’Outre-mer des villes davantage inclusives et durables.

Dans son rapport de 2017 sur « l’urbanisation en Afrique », la banque mondiale avance des pistes pour des perspectives de rentabilité plus élevées pour les investisseurs : « la première priorité consiste à régulariser les marchés fonciers, clarifier les droits de propriété et instituer des politiques efficaces d’aménagement urbain afin de rassembler les territoires ;  en second lieu, il faut investir tôt et de manière coordonnée dans les infrastructures, afin de relier ensemble tous les éléments du développement urbain : résidentiel, commercial et industriel ». À condition d’agir vite. « Les choix faits maintenant ne seront pas seulement déterminants pour les années qui viennent : ils décideront de la physionomie d’une ville et de sa performance pour les décennies, voire les siècles à venir », martèle,  Ede Ijjasz-Vasquez, directeur principal du pôle Développement social, urbain et rural, et résilience de la Banque mondiale.

Le 2ᵉ Salon des Produits et services inspirés de l’Afrique et de l’Outre-mer, permettra d’aller encore plus loin dans la réflexion, les 1 et 2 juillet 2022, à Douala au Cameroun.

 Par Jean-Célestin Edjangué

One thought on “PASAO 2022 AFRIQUE-CARAÏBE : Esthétique urbaine et impact sur le développement des PMI-PME”
  1. Bonjour, ceci est un commentaire.
    Pour débuter avec la modération, la modification et la suppression de commentaires, veuillez visiter l’écran des Commentaires dans le Tableau de bord.
    Les avatars des personnes qui commentent arrivent depuis Gravatar.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.