Le triangle national poursuit son opération de promotion culturelle dans la capitale française. Ce week-end, la grande parade des chefs et de nombreuses autres animations sont au programme.

« La Saison culturelle du Cameroun à Paris est un grand événement artistique pluridisciplinaire. Elle regroupe des activités touchant l’ensemble des quatre aires culturelles du Cameroun, ceci dans le but de mettre en valeur les talents, la créativité et la puissance d’une culture diversifiée, inspirante et au service du développement durable ». Le document de présentation de l’évènement ne manque pas de mots pour décrire, raconter et qualifier la promotion de la destination Cameroun dans l’hexagone. Et de fait, le triangle national se vit, se ressent, s’apprécie partout dans la capitale française. L’exposition géante « Sur la route des chefferies du Cameroun. Du visible à l’invisible », ouverte le 5 avril dernier au Musée du Quai Branly, se poursuit jusqu’au 17 juillet. Parallèlement, la phase 2 de la Saison culturelle du Cameroun à l’ambassade du Cameroun, rue d’Auteuil à Paris  16ᵉ a drainé du beau monde avec notamment les Journées économiques du Cameroun en France du 05 au 07 juillet. Ce week-end, la nuit des chefferies au Théâtre de la ville de Paris, le 10 juillet, la parade des civilisations dans les rues de Paris et plusieurs autres activités d’envergure sont parmi les temps forts de la suite de la promotion.

Mais déjà, la polémique enfle sur la parade des crânes. Elle est pourtant supposée être un des moments les plus attendus de l’évènement, avec 50 chefs issus de toutes les aires culturelles du Cameroun, 50 reines, princesses, princes et plus de 10.000 personnes attendues pour apprécier le spectacle qui devra durer plusieurs heures d’horloge sur un parcours de 2,5 kilomètres de distance.

« Des chefs qui dansent comme des Sioux »

« Qui a autorisé cette marche ? Une marche des chefs camerounais ! Une marche à Paris ! En fait, ils ne marchent pas, ils dansent comme des Sioux autour de l’obélisque de la place de la Concorde provenant de l’Égypte pharaonique.  Dansent-ils pour célébrer ces camerounais inconnus de la division Leclerc qui ont libéré Paris ce 24 août 1944 et que la France a toujours caché ? », s’interroge Jean-Pierre Békolo, le cinéaste camerounais, dans un long texte en ligne partagé à profusion. Il tente de répondre : « Certainement pas. Les chefs camerounais vont parader le 10 juillet à Paris pour célébrer la fin de leur culture « africaine » qu’ils sont obligés d’aller montrer à ceux qui l’ont neutralisé. Si les chefs ont obtenu le feu vert des crânes pour exposer leurs objets rituels dans un musée et de s’exposer eux-mêmes lors d’un défilé dans les rues de Paris, c’est qu’ils reconnaissent qu’ils n’existent plus qu’à travers le regard de l’autre. C’est-à-dire que même les « crânes » reconnaissent que dans cette culture africaine, où tout a un sens et une signification, elle-même est devenue insignifiante à leurs propres yeux et que leur existence de rois nègres n’est plus qu’un spectacle où ils jouent à être des Africains(…) ». Et de conclure : « Si les Bamilékés peuvent vous présenter aujourd’hui leurs œuvres culturelles, contrairement aux autres peuples d’Afrique, c’est précisément parce que les Bamilékés du Cameroun ont résisté au colonialisme. Ils ont refusé votre Dieu et comme les Bassas ont pris les armes contre le colonisateur français. Regardez bien ces masques bamilékés qui vous regardent. Ce ne sont pas des masques, ce sont les 400 000 âmes errantes qui attendent des funérailles au cours desquelles la France va leur demander pardon pour que la fête commence enfin ». Difficile de vouloir partager sa culture avec ceux-là même qui ont tout fait autrefois pour la faire disparaître. Mais Jean-Pierre Békolo, qui a tant bénéficié par le passé de la France et de la Francophonie, est-il le mieux placé aujourd’hui pour donner des leçons d’histoire et de morale sur cette question ?

Par Jean-Célestin Edjangué à Paris

Programme du week-end jusqu’à ce lundi

Vendredi 8 juillet

SÉRIE DE CONFÉRENCES : 9h-18h : thématique « Patrimoine et développement » 15h-18h : table ronde « Reines, femmes et développement durable au Cameroun » au musée du quai Branly. Gratuit* VILLAGE CAMEROUN : à partir de 12 h 00,Théâtre de la ville de Paris SPECTACLES & PERFORMANCES 17h-23h : performance de l’artiste Keulion, danse par Agathe Djokam, slam avec Lydol la slameuse, conte avec David Noundji et poésie avec Kouam Tawa au Théâtre de la ville de Paris (scène extérieure) – Gratuit

SPECTACLE à partir de 19h : aux abords du Théâtre de la ville de Paris (Hip- Hop et Marionnettes géantes) Gratuit
SPECTACLE
à 21h : spectacle lyrique de Jacques Greg Belobo au Théâtre de la ville de Paris – Payant

Samedi 9 juillet

ESCALE MENOUA/ CHEFFERIE FOTO : à partir de 10h : visite de l’exposition, Trône de la chefferie Foto à l’honneur, activités par les chefferies FOTO, BALEVENG, BANSOA, BAMENDOU, BAFOU avec leurs communautés. Musée du quai Branly – prix d’un billet d’entrée.
ATELIER FAMILLE : « Sur la Route des perles » au MQB- payant (à partir de 9 ans) RENCONTRE : à partir de 14h entre les jeunes et les autorités traditionnelles (chefs, reines) au Théâtre de la ville de Paris – Gratuit, sur réservation SPECTACLE & PERFORMANCES : À partir de 16 h 00, performance de Keulion, danse d’Agathe Djokam, soirée partage avec Kouam Tawa, concert de Joyce Babatunde, concert de Hip-hop sur les scènes extérieures du Théâtre de la Ville de Paris – Gratuit *
SPECTACLE À partir de 19h : spectacle des marionnettes géantes au TVP

LA NUIT DES CHEFFERIES : à partir de 18 h 00, spectacle de danses patrimoniales des 10 régions du Cameroun revisitées par le Ballet de la Diaspora Camerounaise, défilé de mode de jeunes stylistes : (Soulemanou Amadou, Liz Ngwane et Sidorova Simo Fotso) – Payant

SANTÉ : 9 h 00-16 h 00 3ᵉ symposium des médecins et professionnels de santé camerounais de France (MEDCAM) – NOVOTEL Paris 17 –

Dimanche 10 juillet

PARADE ROYALE DES CIVILISATIONS : 15h-18h : spectacle de rue (de la Tour Eiffel aux Invalides en passant par le Musée du quai Branly et la Seine) qui va mobiliser plus de 200 artistes, des reines, princes et princesses, communautés diasporiques, décors, costumes, marionnettes venant des différentes aires culturelles du Cameroun. 500 personnes attendues, plus de 10 000 spectateurs…

Lundi 11 juillet

Défilé de mode : Donald Chindjou, Gaëlle Edou, Soulemanou Amadou, Liz Ngwane et Sidorova Simo Fotso. Spectacle marionnettes géantes (30 min) Concert « All Stars“ Lydol + Joyce Babatunde + My Name. Théâtre de la ville de Paris – Gratuit

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.