Conseillère municipale à la ville de Sevran(93), présidente du collectif des Français d’origine ivoirienne et amis de la Côte d’Ivoire, Chancelière et ministre des Affaires étrangères dans le Forum des rois et Sultans d’Afrique, elle exprime son indignation face au drame qui s’est produit sur les côtes espagnoles, samedi, 25 juin.

Votre réaction sur ces images insupportables des migrants africains voulant rejoindre l’enclave espagnole de Melilla, et dont certains ont perdu la vie, samedi 25 juin 2022 ?

Merci pour le sujet. Il est très douloureux, en tant que maman, descendante du peuple bantou, c’est quelque choses que nous ne supportons pas. C’est une spirale qui brase et brasse les populations.

Que faut-il faire face à cette situation ?

Ce que nous allons faire, c’est d’abord interpeller les pays d’origine de ces migrants. Parmi eux, il y a des coopérants, victimes parce que noirs, embastillés parce que noirs. C’est donc un racisme légendaire que subissent les peuples africains depuis la nuit des temps. Nous disons que cette fois ça suffit. Nous interpelons l’Union africaine pour trouver une solution. Il faut comprendre comment ces migrants arrivent sur les passages ? Qui sont les passeurs ? Comment on a pu laisser l’espace maritime servir de mouroir alors que l’espace aérien était fermé et que ces migrants ne pouvaient pas voyager par les airs par manque de visas.

L’Union africaine, réunie à Rabat, la capitale du Maroc, dès dimanche 26 juin, a condamné les faits et exigé une enquête indépendante. Est-ce suffisant ?

Nous ne voulons pas nous substituer à l’Union africaine qui visiblement est débordée. Mais nous, peuple africain, allons constituer un mouvement, une sorte de gouvernement des Peuples pour résoudre le problème. On va faire l’Union africaine des Peuples pour chaque représentant des 55 États parlera au nom de son État, on va renchérir et renforcer le combat, le pouvoir des 55 Représentants de l’Union africaine. J’interpelle aussi les pays Maghreb qui devraient avoir des pactes de non-agressions pour les populations du même continent. Il y a aussi des Maghrébins qui vivent en Afrique subsaharienne. Attention de ne pas réveiller la colère de ses populations-là.

Recueilli par Jean-Célestin Edjangué

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.