C’est la conclusion de la 12è conférence ministérielle de l’organisation mondiale du commerce(OMC), qui s’est achevée vendredi,  17 juin, à  Genève. La prochaine conférence, se tiendra fin 2023.

 L’Organisation mondiale du commerce (OMC), réunie pour sa 12e conférence ministérielle, à Genève, du 12 au 17 juin, a signé plusieurs accords « historiques » dans le but de « répondre aux urgences de notre époque », a indiqué Ngozi Okonio-Iweala, la directrice de l’OMC, aux chefs de délégation des 164 pays membres de l’institution. La réunion était d’autant oplus attendue qu’elle se tenait dans un contexte particulier, marqué par l’insécurité alimentaire créée par la guerre que mène la Russie en Ukraine, avec son corolaire de menace de famine, notamment en Afrique. Ce point crucial, au même titre que la lutte contre la surpêche, ou encore la levée temporaire des brevets des vaccins anti-Covid, font partie du train des mesures prises par l’OMC. On peut donc comprendre la satisfaction légitime de la directrice générale.

« Aujourd’hui, vous avez vraiment gagné votre salaire », a affirmé Ngozi Okonio-Iweala aux ambassadeurs, reconnaissant au bout d’interminables heures de discussions et de négociations avoir cherché à savoir « où je suis et où je suis assise ».

Conférence ministérielle de 2023 : le Cameroun et Les Emirats arabes unis en lice

Malgré la lassitude, la directrice générale de l’OMC exhorte à redoubler d’effort pour continuer sur la même lancée. « Nous avons encore du travail devant nous. J’ai pu voir ce que nous sommes capables de faire », a-t-elle précisé, parlant d’un résultat « sans précédent » obtenu à la fin d’une rencontre qui aura duré cinq jours d’intenses négociations, marquées par l’intransigeance indienne sur plusieurs dossiers, y compris sur les subventions qui contribuent à la surpêche. Le ministre indien du Commerce, Piyush Goyal, présenté comme l’empêcheur de tourner en rond par de nombreuses délégations, a au contraire affirmé que son pays « ne fait pas obstacle à quoi que ce soit », mais est un « bâtisseur de consensus », avant de conclure :« L’Inde a toujours été un partenaire commercial réticent. L’Inde est connue pour sa réticence à signer des accords de libre-échange »

La directrice de l’OMC préfère s’attarder sur le résultat de cette réunion. « Il y a longtemps que l’OMC n’avait pas obtenu un nombre aussi important de résultats multilatéraux. Les résultats démontrent que l’OMC est capable de répondre aux urgences de notre époque », a martelé Ngozi Okonjo-Iweala, à l’adresse des chefs de délégation des 164 pays membres de l’organisation.

Pour la prochaine conférence ministérielle, fin 2023, deux pays se sont déjà positionné pour abriter la réunion : le Cameroun et les Émirats arabes unis.

La Rédaction de Newsafrica24.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.