Instruction a été donnée par la junte au pouvoir, mercredi 8 juin, de geler toutes les domiciliations bancaires des opérations commerciales de l’Espagne et vers l’Espagne à compter de ce jeudi 9 juin. 

« Suite à la suspension du traité d’amitié, de bon voisinage et de coopération avec le Royaume d’Espagne, il vous est demandé de procéder au gel des domiciliations bancaires, des opérations de commerce extérieur de produits et services, de et vers l’Espagne, à compter de jeudi 9 juin », a indiqué l’association algérienne professionnelle des banques et des établissements financiers (ABEF) dans une instruction adressée aux directeurs des banques. Une décision qui marque l’escalade entre les deux pays depuis le revirement de Madrid sur le dossier du Sahara occidental, pour rejoindre les positions du Maroc. Un retournement de veste que les autorités algériennes avaient dit « regretter », suspendant dans la foulée un « traité d’amitié, de bon voisinage et de coopération » signé en 2022 entre les deux parties.

Le gel de toutes les domiciliations bancaires des opérations commerciales depuis et en direction de l’Espagne, pourrait avoir un impact, y compris, sur la vente du gaz algérien à l’Espagne.

Traduction de cette nouvelle escalade, Alger a rappelé son ambassadeur à Madrid en mai dernier en réaction à la décision du président du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, d’apporter son soutien au plan marocain d’autonomie du Sahara.

Il s’agit de la première mesure de représailles côté algérien, dans la foulée de la suspension du traité d’amitié avec l’Espagne annoncée par la présidence algérienne. Les militaires au pouvoir à Alger n’ont pas digéré le rapprochement de la position de Madrid avec la proposition d’autonomie faite par Rabat pour régler le dossier du Sahara qui empoisonne les relations entre les deux pays d’Afrique du Nord depuis plusieurs décennies.

Rédaction Newsafrica24

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.