Le rapport de l’Association des compagnies aériennes africaines (AFRAA), paru en mai dernier, se montre optimiste avec une reprise du trafic passager des compagnies aériennes.

66, 33% par rapport au niveau d’avant la pandémie du coronavirus. Le rapport de l’Association des compagnies aériennes africaines (AFRAA), paru en mai 2022, peut donner du sourire aux acteurs concernés. Les flux intra-africains affichent un niveau de reprise estimé à 74% en mai 2022, du fait de la croissance du trafic lié à l’évolution du marché intérieur, qui connaît une progression de 42,1 %, grâce notamment aux flux intra-africains et intercontinentaux avec respectivement des taux de 30,2% et 27,7%.

4, 1 milliard de dollars de perte en 2021

La levée des restrictions à l’entrée dans plusieurs pays africains a favorisé l’engouement pour le voyage par les airs. Les compagnies ont déployé, en mai 2022, une flotte équivalent à 76,6% de celle de 2019 pour répondre aux volumes, même si d’après l’AFRAA, ils « restent faibles en raison du coût élever des billets et de l’apathie des voyages ». Ce d’autant plus que les revenus des compagnies aériennes africaines souffrent toujours des problèmes de trésorerie, avec un déficit de 4,1 milliards de dollars sur l’ensemble de l’année 2021. Les seules pertes imputables à la pandémie de Covid-19 s’élèvent à 8,6 milliards de dollars. Durant la dernière année avant le début de la pandémie, les compagnies aériennes du continent avaient transporté 95,6 millions de passagers. L’an passé, en 2021, les compagnies en ont recensé 55,2 millions, une amélioration par rapport à 2020 et ses 34,7 millions de passagers.

Autant le dire, il y a encore quelques turbulences à redouter dans le ciel africain avant que le trafic des passagers des compagnies aériennes continentales ne retrouve son meilleur niveau, celui d’avant la pandémie du siècle.

La Rédaction de newsafrica24.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.