Coordinateur au sein des Relations publiques de l’Ong HWPL branche France, ce Camerounais d’origine parle des enjeux de la visite de la délégation à Abidjan et à Yamoussoukro ainsi que de la paix, 8 ans après la déclaration de 2014.

Les jeunes de HWPL, branche France, organisation qui œuvre en faveur de la paix à l’échelle mondiale, sont actuellement en visite en Côte d’Ivoire. Quel est l’objet de cette visite ?  

Notre visite à Abidjan, en Côte d’Ivoire, s’inscrit dans un double objectif. Il s’agit d’une part d’établir la branche d’HWPL dans ce pays d’Afrique de l’Ouest, afin d’y mener plus d’activités concrètes sur le terrain.  D’autre part, nous sommes à Abidjan pour construire un “monument de paix” pour rassembler la population autour de cet espoir commun qu’est la paix. 

Comment appréhendez-vous la notion de paix, dans le contexte africain et mondial, aujourd’hui ? 

Lorsqu’on observe attentivement le contexte mondial actuel, on peut se rendre compte qu’il y a des conflits un peu partout et que personne n’est à l’abri. Aujourd’hui encore, la violence ou l’intimidation par la force sont mis en avant comme premiers arguments pour faire valoir sa position ou ses droits. Bien que certains pays ne soient pas en guerre ouverte aujourd’hui, il n’empêche qu’ils gardent des séquelles d’années de conflits. L’objectif de HWPL est de transcender les cultures, les religions, les ethnies, les idéologies et les frontières. C’est pourquoi nous avons établi trois initiatives pour parvenir à la paix mondiale : la création d’un instrument juridique (DPCW) qui a pour but de renforcer le système en définissant le rôle de chaque acteur pour la paix, et pas uniquement les États, mais chaque membre de la société civile. Ensuite, la mise en place des dialogues interreligieux (Bureau WARP) pour prévenir les conflits issus de malentendus entre les religions. Enfin, répandre une culture de paix à travers l’éducation. Les principaux objectifs de l’éducation à la paix de HWPL sont de permettre aux élèves d’apprendre à mieux vivre, à coopérer et à promouvoir la responsabilité sociale.

Les 18 et 24 septembre prochains, deux événements vont mobiliser la communauté internationale : la Marche mondiale pour la paix et le Forum mondial de la Paix. En quoi ces deux évènements sont-ils au cœur de l’action de HWPL ? 

Le sommet pour la paix mondiale que HWPL commémore chaque année a pour but de rappeler la promesse faite le 18 septembre 2014 par des dirigeants politiques, religieux, des groupes de femmes et de jeunes, des journalistes ayant pour but de mettre en place un outil juridique pour la paix et la cessation des guerres (DPCW) et mettre un terme aux conflits religieux à travers l’harmonie entre les religions (bureaux WARP). Pour cette 8e commémoration sur le thème, “la paix en tant qu’institution : une fondation pour le développement durable”, HWPL présentera les politiques de paix existantes pour faire face aux crises auxquelles la communauté mondiale est confrontée ainsi que les moyens de mettre en œuvre ces politiques. Le but étant d’inciter la société civile à participer à l’accomplissement de cette paix mondiale. La Marche pour la paix est l’occasion pour la société civile d’élever sa voix afin que la DPCW soit adoptée en tant que résolution aux Nations unies.   

Recueilli en ligne par J.-C. Edjangué

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.