Ils n’étaient que 2 sur les 5 anciens présidents du Burkina Faso conviés à une rencontre par Paul-Henri Sandaogo Damiba, président de la transition. Blaise Compaoré, arrivé ce jeudi à Ouagadougou, était présent aux côtés de Jean-Bapstiste Ouedraogo.

Une rencontre de haut niveau boudée par 3 anciens présidents sur 5

La rencontre se voulait historique. Elle ne restera probablement pas dans les mémoires burkinabè encore moins dans celles des africains. En invitant ses prédécesseurs au palais de Kosyam pour « une rencontre de haut niveau autour des questions liées à l’intérêt supérieur de la nation » dans l’optique de la « réconciliation nationale » en pleine crise sécuritaire, le Colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, Président de la Transition, n’avait sûrement pas prévu que trois anciens chefs d’État sur les cinq invités ne viendront pas, puisque seuls Blaise Compaoré et Jean-Baptiste Ouédraogo ont répondu présents. Pourquoi tant d’absents ? Officiellement, Yacouba Isaac Zida, qui vit au Canada, n’a pu se soustraire aux contraintes administratives alors que Michel Kafando, tout en soutenant l’initiative, a invoqué des raisons de santé pour justifier son absence. Quant à Roch Marc Christian Kaboré, c’est une manifestation d’un groupe de sympathisants et militants du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), parti auquel il appartient, qui aurait empêché de quitter son domicile pour rallier le lieu du rendez-vous, à environ 5 kilomètres de son domicile. C’est donc un échec incontestable pour une rencontre qui voulait s’inscrire dans une perspective de « réconciliation nationale », selon les dires des Autorités de Transition à Ouagadougou.

La Rédaction de Newsafrica24

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.