Président de l’Union des Camerounais de l’Étranger (UCE), ce journaliste camerounais, correspondant de Canal 2 international, a organisé mercredi, 13 juillet 2022, le premier Forum des associations camerounaises de France. Il fait le bilan de l’évènement qui s’est tenu dans la grande salle de la Mairie du 10ᵉ arrondissement de la capitale française, en présence de plusieurs centaines de personnes, mais sans l’Ambassadeur du Cameroun en France, parti précipitamment à Yaoundé pour une mission urgente.

Quel bilan le président de l’UCE fait, à chaud, de ce premier Forum des associations camerounaises en France ?

Merci Jean-Célestin Edjangué, de me donner l’opportunité donner mon sentiment sur ce premier Forum des associations camerounaises en France. Le bilan est assez positif. Je suis un président heureux, un Camerounais de la diaspora comblé parce que c’était un défi énorme puisque c’était la première édition, qui plus est organisée en milieu de semaine, un jour ouvré où nombre de nos compatriotes doivent aller au travail. Je rappelle tout de même que nous avons eu ici la présence du représentant du Quai d’Orsay, la mairie de Paris par le biais d’Arnaud Ngatcha, de l’Assemblée nationale camerounaise avec le Député Louis-Henri Ngantcha, la visite de la Maire du 10ᵉ arrondissement de Paris qui a abrité notre rencontre et beaucoup de présidents d’associations, chefs traditionnels et bien d’autres personnalités encore… C’est donc à la fois un sentiment de joie, de fierté et surtout, un sentiment de devoir accompli.

Quel était ce devoir ?

Le devoir pour nous, l’Union des Camerounais de l’Étranger, était de permettre à travers ce premier Forum des associations, que les associations de Camerounais de France, chefs de projets, entrepreneurs, se retrouvent dans le cadre d’une plateforme d’échange, discutent sur comment préparer l’avenir ? Comment s’intégrer en France ? Quels sont les mécanismes mis en place par les Collectivités pour faciliter cette intégration des Camerounais en France… c’est le lieu de remercier une fois de plus les élus qui ont pris sur leur temps de venir expliquer ces mécanismes. Nous avons dans cette optique eu un panel assez intéressant pour approfondir cette problématique qui est celle de faciliter l’investissement de nos compatriotes dans l’hexagone, sur le plan économique, associatif ou personnel. Je dis également ma reconnaissance au Consul général du Cameroun en France, Viktor Oben, Représentant l’Ambassadeur du Cameroun en France, empêché. Vous comprenez donc mon état d’esprit.

Quand on a réussi à organiser la première édition d’un tel évènement, on a forcément envie de planifier une nouvelle. Vous y avez déjà pensé en espérant que l’Ambassadeur sera là cette fois ?

Écouter, on a dit que c’est un Forum qui va se pérenniser. On a eu dans la salle le Maire Arnaud Ngatcha qui nous promet une deuxième édition encore plus grandiose dans la très belle salle de la Mairie de Paris. Dès ce soir, toute l’équipe constituée des présidents d’associations membres de l’UCE va se mettre au travail pour voir ce qui a bien marché et ce qui l’a un peu moins, pour rectifier le tir et préparer dans la sérénité la prochaine édition du Forum des associations camerounaises en France. Quant à l’Ambassadeur André-Magnus Ekoumou, je sais qu’il s’est déplacé, et je sais aussi que ça a été pour lui qui est si attaché à la diaspora camerounaise, un vrai déchirement. Mais, que voulez-vous ? Quand le devoir national vous appelle, c’est la nation entière qu’il faut servir.

Recueilli à Paris par J.-C.Edjangué

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.