C’est le thème de la conférence internationale qui aura lieu ce samedi, 26 novembre, à Dixin près de Conakry, à l’initiative de la Fondation Moumié, du PDG-RDA, le parti de Sékou Touré, et le Collectif diasporique camerounais de Guinée, en mémoire des 60 ans de l’assassinat de l’ancien président de l’UPC à Genève, en 1960.

C’est la réflexion qui réunira du beau monde à Dixin, dans la région de Conakry, en Guinée, pour la clôture des manifestations commémorant les 60 ans de l’assassinat de l’ancien président de l’Union des Populations du Cameroun(UPC), à Genève, le 3 novembre 1960, par William Betchel, agent de service de renseignement français. La conférence internationale, initiée par la Fondation Moumié en collaboration avec le Collectif diasporique camerounais de Guinée et le Parti démocratique guinéen-Rassemblement démocratique africain (PDG-RDA), se penche sur l’investissement du Docteur Félix-Roland Moumié et du président Ahled Sékou Touré pour une Afrique libre et indépendante.

Devoir de mémoire

Félix-Roland Moumié
Ahmed Sékou Touré

« Nous préférons la liberté dans la pauvreté à l’opulence dans l’esclavage ». La phrase célèbre du président Ahmed Sékou Touré, dans le contexte du « non ! » de la Guinée à la France du Général de Gaulle, ayant conduit à l’indépendance ce pays d’Afrique de l’Ouest le 02 octobre 1958, est restée gravée dans la mémoire historique bien au-delà des limites du berceau de l’humanité. Elle traduit la profondeur de la pensée et de l’engagement du père de la Nation guinéenne en faveur du panafricanisme. Un idéal qu’il avait en commun avec Félix-Roland Moumié.

F.-Roland Moumié, Médecin et homme politique

Né le 1er novembre 1925 à l’hôpital protestant de Njissé près de Foumban, à l’ouest du Cameroun, de Samuel Mekou Moumié, évangéliste à la mission protestante, et de Suzanne Mvuh, il est mort assassiné, très probablement par le Service de documentation extérieure et de contre-espionnage (SDECE), à Genève le 3 novembre 1960. Félix-Roland Moumié était un médecin et homme politique camerounais, une des grandes figures de la lutte pour les indépendances africaines.

La Fondation Moumié, créée à Bruxelles, continue son action par la restauration de sa mémoire. Le prix Félix-Roland Moumié, récompensant les femmes et hommes africains qui œuvrent au quotidien pour la liberté, la recherche de la vérité et l’indépendance de l’Afrique, s’inscrit dans le même sens. Une distinction que le président Sékou Touré mérite allègrement.

A. Sékou Touré, Homme d’État, père de l’indépendance de la Guinée

Né le 9 janvier 1922, à Faranah, en Guinée, et mort le 26 mars 1984, à Cleveland aux États-Unis, il est le premier président de la République de Guinée, en poste à partir de l’indépendance obtenue de la France le 02 octobre 1958. Il a tout le long de sa vie, œuvré en faveur d’une Afrique unie et indivisible. Une action qui l’a amené offrir un abri à de nombreux opposants politiques, mais aussi aux artistes et auteurs engagés. C’est dans cet esprit qu’il a accueilli à Conakry, en grande pompe, la dépouille de Félix-Roland Moumié, deux semaines après sa mort par empoisonnement à Genève. Un engagement en faveur du panafricanisme qui vient d’être reconnu par l’Union africaine, le 1er novembre 2022, lors du 1er Forum panafricain des jeunes leaders du futur, réunis à Addis-Abeba. Oyé Béavogui, secrétaire général par intérim du PDG-RDA, a fait le déplacement pour recevoir ce prix qu’il a ramené ensuite à Conakry.

Les objectifs

La Conférence internationale organisée à Conakry, la capitale de la Guinée, le 26 novembre 2022, vise plusieurs objectifs :

  • Honorer la mémoire de Félix-Roland Moumié et d’Ahmed Sékou Touré, en retraçant leurs parcours respectifs dans l’histoire des luttes pour les indépendances en Afrique.
  • Promouvoir la jeunesse et les femmes d’Afrique comme moteurs incontournables du développement du continent.
  • Resituer l’actualité philosophique du panafricanisme comme fondement esthétique, culturel, historique et patrimonial dans le contexte de l’avènement d’un monde nouveau en gestation.
  • Réaffirmer l’unité africaine, qui passe par la réappropriation de la gestion des affaires courantes africaines par les Africains, femmes et homme confondus, pour le bien-être des générations actuelles et futures.
  • Consigner dans un document les actes de la Conférence internationale de Conakry, comme support pédagogique et de vulgarisation des actions menées par Félix-Roland Moumié, Ahmed Sékou Touré et les autres panafricanistes.

      Thématiques et intervenants

    Cinq axes de réflexions guideront les exposés et témoignages de cette rencontre, ce samedi, à Conakry.

  1. L’histoire des principaux moments de lutte de l’Union des populations du Cameroun (UPC) depuis 1948 jusqu’à nos jours.

Par M. Symphorien TENNE, historien.

  • La Guinée, locomotive des indépendances en Afrique subsaharienne francophone. Par SE MADIFING Diane, Ancien ministre de la Sécurité Publique et Gouverneur.
  • Le PDG-RDA du président Ahmed Sékou Touré et la promotion du panafricanisme.

Par l’Honorable Oyé BEAVOGUI, SGA du PDG-RDA.

  • La Guinée, terre d’accueil des membres de l’Union des populations du Cameroun(UPC).

Témoignage de Siaka EKWALLA MARA (petit-fils de feu Robert EKWALLA).

  • Félix-Roland Moumié, un lycée à Nzérékoré, en Guinée. Comment ? Pourquoi ?

Témoignage de Mme Koly ZOUMANIGUI, proviseur du lycée Moumié.

La Conférence du 26 novembre 2022 à Conakry est un acte de citoyenneté destiné à sortir de l’oubli, deux des esprits les plus engagés en faveur d’une Afrique libre et indépendante, maîtresse de son destin et de son avenir. Il s’agit par ailleurs d’une œuvre pédagogique pour l’enseignement de l’histoire de l’Afrique aux générations présentes et à celles à venir.

             Par Jean-Célestin Edjangué à Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *