Le choix du jury a été rendu public, mardi 14 juin, à Dakar, au Sénégal.

L’auteur Tunisien, Yamen Manai, Prix des cinq continents décerné par la Francophonie, en 2017, pour son roman L’Amas ardent, publié aux éditions Elyzad, a reçu, mardi soir, le prix Orange du livre en Afrique. La cérémonie de remise de récompense avait lieu à Dakar, la capitale du Sénégal.  Le prix orange du livre récompense depuis 2019 un roman écrit en langue française par un écrivain africain et publié par un éditeur du continent. Ce qui est le cas de Yamen Manaï, 42 ans, ingénieur de formation domicilié en région parisienne, qui publie aux éditions Elyzad.

Une jeunesse tourmentée

Le roman raconte la violence familiale subie par nombre de jeunes tunisiens, sous le prisme du quotidien d’un adolescent de 15 ans envoyé en prison pour avoir tué son père. Une histoire qui semble avoir touché les diverses sensibilités du jury, pour faire pencher la balance en faveur de l’écrivain tunisien, comme indiqué dans un communiqué. « Entre fureur, rage et passion, le narrateur dénonce la barbarie et les maux qui gangrènent sa société, de la cellule familiale ainsi que l’école aux institutions politiques », note le jury, expliquant : « Pour cette quatrième édition, 57 romans ont été proposés par 39 maisons d’édition basées dans 15 pays d’Afrique francophone ». Les cinq autres finalistes malheureux étaient originaires  du Bénin, du Cameroun, du Mali, de Mauritanie et de Tunisie. La première édition du prix Orange du livre, en 2019, avait été remporté par la Camerounaise Djaïli Amadou Amal, qui obtiendra ensuite  le prix Goncourt des lycéens 2020 pour Les Impatientes.

Le prix Orange du livre est doté de 10 000 euros par la Fondation Orange, soutenue par l’opérateur télécom du même nom.

Par Jean-Célestin Edjangué

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.