Il cumule la primature avec les casquettes de l’Administration territoriale et de la Décentralisation et porte-parole du gouvernement. Ainsi en a décidé la junte au pouvoir à Bamako, en remplacement de Choguel Kokalla Maïga, hospitalisé après un malaise

« Le colonel Abdoulaye Maïga, ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, est désigné pour assurer l’intérim de M. Choguel Kokalla Maiga, Premier ministre, chef du gouvernement ».

L’information, un décret lu à l’ORTM, la radio-télévision malienne, a probablement surpris ceux qui ne s’attendaient pas. Le colonel Assimi Goïta, chef de la junte au pouvoir au Mali, a nommé, dimanche 21 août, le colonel ministre Abdoulaye Maïga, Premier ministre par intérim, en lieu et place de Choguel Kokalla Maïga, un civil, hospitalisé depuis quelques jours.

Les deux têtes de l’exécutif aux mains des militaires

La désignation d’un autre colonel pour être Premier ministre, au Mali, bat en brèche la promesse faite par Assimi Koïta lors du coup d’État du mois d’août 2020, de remettre rapidement le pouvoir aux civils tout en gardant la main mise sur les décisions. Une situation qui pose la question de la morale et de l’éthique politique, deux caractéristiques essentielles pour engranger la confiance nécessaire pour continuer à avoir les grâces de la majorité du peuple malien. Âgé d’une quarantaine d’année, le nouveau Premier ministre semble avoir davantage les faveurs du régime au pouvoir par rapport à son prédécesseur, considéré comme un intrus qui jouait le rôle de caution d’ouverture à la société civile, vis-à-vis de la CEDEAO et de la communauté internationale. Abdoulaye Maïga, âgé d’une quarantaine d’années, a régulièrement fait, comme Porte-parole du gouvernement, des déclarations fracassantes, notamment contre la France dont il avait « exigé » fin juillet du président Emmanuel Macron qu’il quitte « définitivement sa posture néo-coloniale, paternaliste et condescendante ». Voilà qui risque de permettre à la junte de tomber définitivement le masque.

La rédaction de Newsafrica24

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.