La branche française de l’ONG au four et au moulin en Côte d’Ivoire et dans l’hexagone. Elle organise une semaine de mobilisation pour la paix du 18 au 24 septembre 2022.

« La paix n’est pas un vain mot, mais un comportement ». La célèbre phrase du président Félix Houphouët Boigny(1905-1993), premier président de la Côte d’Ivoire, n’a jamais autant été d’actualité. Les jeunes de la branche française de l’ONG HWPL, qui œuvre pour la paix dans le monde, en ont fait leur leit-motiv. Ils sont en Côte d’Ivoire depuis plusieurs semaines pour sensibiliser, mais aussi renforcer la coopération avec des institutions ivoiriennes, dans l’optique de former des relais de promotion de la paix.

« Messagers de la paix »

Parmi les membres de la délégation HWPL France en mission en Côte d’Ivoire, Marion Amoussou, Coordinatrice des éducations de la paix au sein du Département France de HWPL : « Mon rôle est de former des enseignants et éducateurs aux valeurs de paix. Nous avons eu au préalable une formation et maintenant en tant que coordinatrice, mon rôle est d’enseigner ces leçons afin de faire de ses enseignants des messagers de paix », confie-t-elle, poursuivant : « C’est dans le cadre de cette mission que j’ai pu venir en Côte d’Ivoire afin de continuer certaines actions notamment les éducations à la paix avec certaines écoles, des mises en place de projet avec des institutions comme la fondation Houphouët-Boigny. Aussi, nous sommes venus pour la création de la branche d’HWPL en Côte d’Ivoire et la mise en place d’un monument de paix dans une ville de Côte d’Ivoire ».

« Instituer la paix pour le développement durable »

C’est sous cette thématique que la branche française de l’ONG HWPL organise du 18 au 24 septembre 2022, une semaine d’animations, de réflexions et partage, dans le cadre de la 8ᵉ commémoration du Sommet pour la paix mondiale d’HWPL. Avec deux moments très attendus : le 18 septembre, la Marche mondiale pour la paix et le Forum mondial de la paix, le 24 septembre. « Ce sont deux événements vraiment importants. Pour moi, la Marche pour la paix représente un symbole important de rassemblement. Nous n’avons plus eu cet événement depuis 2019 et cette année, nous avons enfin la possibilité de faire cette marche. Ça me rend heureuse, car c’est aussi une preuve que nous reprenons nos activités de plus belle. Quant à l’événement du 24 septembre, c’est l’accomplissement de nos mois et mois de travail. C’est l’occasion de présenter à tous les efforts qu’ensemble, nous avons consenti à accomplir la paix », insiste-t-elle. L’Ong a prévu un programme bien garni pour cette semaine de rencontres. En plus des activités déjà évoquées, il faut y ajouter le goûter solidaire avec des enfants réfugiés, le camp pour la paix avec des jeunes vitriots, le 21 septembre, ou encore la conférence pour la paix le 24 septembre. Une mobilisation qui témoigne, à suffire, de l’engagement de HWPL à répandre la paix par des actions concrètes tout en mettant en exergue les efforts constants des bénévoles qui souhaitent devenir acteurs du changement au sein de la société française, tout en étant concernés par l’avenir de l’Afrique en matière de paix et sécurité. « Pour moi, l’Afrique est le continent avec le plus de potentialités, et où il y a le plus d’opportunités et de choses à faire. C’est un continent sensible à la paix et qui a soif de développement. Or, aucun développement n’est possible sans une paix durable. Je pense que l’avenir de l’Afrique dépend de chacun de nous et elle a besoin que toutes ses filles et tous ses fils s’impliquent sincèrement dans sa construction, afin que notre continent émerge, se développe et devienne le continent qu’il doit être ».  HWPL France en est l’exemple. Les comportements pour la paix avancent. Mais on est encore loin de la paix au niveau mondial.

Par Jean-Célestin Edjangué à Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.