Président de l’Association Internationale Culture Sans Frontière(AICSF), organisateur du concours « Marmite d’or des cuisines du monde » depuis 1990 qui promeut le vivre ensemble via la gastronomie. Pour la première fois, le grand public est invité à voyager à travers la découverte des mets mauritaniens et sénégalais avec en prime un échange autour de la cuisine et le bien-être. Ça se passe ce samedi, 24 septembre, au 10 rue Erard, dans le 12ᵉ arrondissement de la capitale hexagonale.

Premier débat autour du mieux vivre ensemble à travers la cuisine. Pourquoi ?

C’est d’abord amener les gens à dire ce que la cuisine évoque à chacun. Faire susciter une réflexion sur le concept. Pour l’AICSF, la cuisine, c’est la première porte qui amène les gens vers les autres, c’est le premier sens de la rencontre. La cuisine évoque à tout un chacun quelque chose de symbolique et d’incontournable.

Qu’est-ce qui est attendu dans cette journée ?

Ce qui est attendu, c’est sur la base des recettes de cuisine. Une fois qu’on sait que ça favorise le mieux vivre ensemble. Mais dans quel état d’esprit ? Il y a plusieurs choses qui se greffent autour de cette découverte des recettes de cuisine : la manière d’être, de concevoir la vie, la donner, l’entretenir, la manière d’appréhender le monde ou encore la manière de se projeter. En l’occurrence, il s’agit de la cuisine mauritanienne ou Sénégalaise, donc l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique tout court. Et qui dit Afrique, dit berceau de l’humanité. Et de surcroit, la découverte d’un tubercule comme le manioc, est aussi une découverte de l’humanité, puisqu’il est consommé un partout dans le monde aujourd’hui. Aujourd’hui, la cuisine doit revêtir sa valeur humaine, culturelle, artistique. La cuisine ce n’est pas qu’un business, c’est aussi le bien-être, la santé, c’est la préservation de la vie, la lutte contre toutes les formes de discriminations et donc de la promotion des droits de l’homme.

Cette première édition a pour marraine Fabienne Thibeault. Pourquoi ?

Parce qu’elle est avec ce grand homme, Christian Montagnac, qui, depuis 1990, s’est inscrit dans cette aventure de la promotion de la cuisine comme véhicule culturel, de santé, de spiritualité, et qui a été lauréat des Marmites d’or lors de la troisième édition de l’évènement, en 1996. Et Fabienne Thibault est totalement en phase avec cette philosophie.

Recueilli en ligne par J.-C. Edjangué

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.