Cette nouvelle page du Salon international de l’Édition et du Livre, après une année d’absence, coïncide avec la désignation de la capitale du Royaume du Maroc comme capitale de la culture africaine tout au long de l’année en cours.

Conférence de presse très courue, vendredi 27 mai, dans les locaux de la bibliothèque nationale de la capitale du Maroc. Plusieurs dizaines de représentants de médias nationaux et internationaux, venus du Maroc, mais aussi d’Afrique subsaharienne, du Maghreb et d’Europe, étaient présents aux côtés des organisateurs, du Ministre de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication, Mohamed Mehdi Bensaid, les représentants de la ville de Rabat, l’Ambassadeur du Cameroun en Guinée, SEM Mouhamadou Youssoufi, doyen des Ambassadeurs africains accrédités au Maroc, et des invités provenant de pays et régions divers, à conférence annonçant la tenue, du 03 au 12 juin, à Rabat, de la 27e édition du Salon international de l’Édition et du Livre(SIEL). Pour le ministre Mehdi Bensaid, « Le choix des littératures africaines comme hôte d’honneur de cette édition du SIEL s’inscrit dans le droit fil de la vision éclairée du Roi Mohammed VI pour la promotion de la coopération Sud-Sud ». Cette conférence de presse, de présentation de l’évènement, était d’autant plus attendue que le SIEL, qui s’est jusque-là toujours déroulé à Casablanca, le poumon économique du Royaume chérifien, a été mis en mode pendant un an, à cause de la crise sanitaire mondiale provoquée par la Covid-19. Cette dernière continue d’occuper l’espace autrefois dédié à l’organisation du SIEL, et qui sert aujourd’hui encore de centre de dépistage du virus de cette pandémie. Face à cette situation, le Comité d’organisation du SIEL s’est tourné vers Rabat, sollicitant la capitale marocaine pour abriter l’édition 2022 de cette manifestation littéraire et donc culturelle.

Une vue du public lors de la conférence de presse de lancement du SIEL

20 MDH de budget, 712 exposants, 55 pays, 100.000 titres

Plaidant pour une « véritable dynamique culturelle sur l’ensemble du territoire régional du Maroc, le ministre de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication, a par ailleurs jugé que cette manifestation, organisée en synergie partenariale avec la Wilaya et la région de Rabat-Sale-Kénitra puis avec la commune de Rabat, est la traduction concrète de l’action concertée dans ce sens.

Une édition qui rivalise de gigantisme pour ce qui concerne les chiffres. Le SIEL 2022 bénéficie d’un budget de 20MDH répartis entre le ministère de la Culture comme le prévoit la loi de finances et 8 MDH déboursés par la région. Surtout, la manifestation accueillera 712 exposant venus de 55 pays du monde arabe, de l’Afrique, de l’Europe, de l’Amérique et de l’Asie. Quant aux publications présentent, elles embrasseront un spectre très large pouvant, en terme chiffré, atteindre les 100.000 titres. Trois prix seront décernés : le prix Ibn Battouta de la littérature du voyage, le prix des jeunes poètes et le prox national de la lecture. Les enfants n’ont pas été oubliés avec diverses activités prévues pour la catégorie Enfance/Jeunesse avec 79 animations encadrées par 63 animateurs.

C’est donc un formidable coup que s’apprête à réaliser Rabat, en abritant le 27ᵉ Salon International de l’Édition et du Livre, du 03 au 12 juin 2022. De là à dire de manière certaine que la capitale du Maroc organisera également l’édition 2023, il y a un pas que nul ne peut s’aventurer pour l’instant à franchir, pas même le ministre Mehdi Bensaid qui a indiqué que « Cette question n’a pas été évoquée pour l’instant et qu’elle le sera ultérieurement ».

Par Jean-Célestin Edjangué à Rabat

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.