Mme Mina Fanna, veuve Jacques Grimaldi est expropriée des biens dont elle est légataire, sans la moindre indemnisation.

L’affaire a de quoi donner des maux de tête. Elle est pourtant simple et claire comme de l’eau de roche. Mme Mina Fanna, la veuve de Jacques Grimaldi déclarée par l’arrêt n°27/19 du 10/04/2019 légataire des biens mobiliers et immobiliers de la succession Grimaldi aux Comores, en particulier les terrains où se situe le petit marché communément appelé « Dubaï », ne semble pas aller dans le sens de la mairie de Moroni, qui de son côté, affirme que ces terrains appartiennent à l’État puisque la France a indemnisé les colons. Dans un courrier en date du 25 mars 2022, le procureur général note que « dans le cadre de la gestion des propriétés autrefois appartenant aux colons, le gouvernement comorien a recommandé l’expropriation pour cause d’utilité publique ». Une situation ubuesque pour la veuve de Jacque Grimaldi : « Ni mon avocat, ni moi-même n’avons été notifiés d’un procès-verbal d’expropriation », indiquait-elle, alors, dans les colonnes du quotidien comorien ALFAJR, édition en ligne du 29 mars 2022.

Incongruités

Cette affaire qui ressemble à s’y méprendre à un bras de fer entre le pot de terre et le pot de fer est la résultante d’un dossier truffé d’incongruités. D’abord, le procureur général près la Cour d’Appel a adressé un courrier au commandant de compagnie et au président de l’ordre des Huissiers pour leur demander « la suspension des opérations d’assistance et de prêter main-forte ». Ce qui, en langage décodé, signifierait que la procédure d’exécution de la mesure d’expropriation avait déjà commencé. Ensuite, l’indemnisation des colons par la France induit-elle automatiquement que l’État des Comores devienne propriétaire des terrains concernés ? Enfin, dans quelle partie du monde l’administration peut se permettre de réclamer des droits de succession et plus-values immobilières si elle n’a pas au préalable indemnisé les légataires ?

Les autorités du Royaume chérifien vont-elles abandonner leur ressortissante à son triste sort ?

La Rédaction de Newsafrica24.fr

3 thoughts on “COMORES : La détresse d’une Marocaine expropriée par l’État des Comores”
  1. Désolé énorme mensonge cet article. Pour info, cette femme était l’aide soignante de grimaldi. Juste avant sa mort, elle s’est marié avec lui sans que le mariage puisse être validé par le défunt. Cette femme est une arnaqueuse. Elle essaye de prendre l’héritage du défunt tout en sachant que Grimaldi était connu pour s’être approprié de manière crapuleuse les terrains des anciens colons.

    Il aurait été judicieux que le journaliste fasse une vraie enquête avec des contradicteurs pour montrer que cet article n’est pas juste un coup de pub.

    1. Merci pour votre commentaire et l’intérêt que vous portez à notre média. Toutefois, nous vous assurons que cet article a été rédigé après plusieurs recoupements tant du côté des autorités des Comores que de Mme veuve Grimaldi.
      Si vous n’en êtes pas satisfait, vous avez la possibilité de demander un droit de réponse argumenté dans les limites de la loi.
      La Rédaction de Newsafrica24.fr

    2. La France a déjà donné sa décision que madame mina Grimaldi la seule héritière de Grimaldi avant le mariage Défunt Grimaldi a rédigé un testalent à sa faveur de lui léguer tous ses bien
      C est à vous d aller faire des recherche pour être sûr à ce que vous dites
      La justice Française a déjà prononcé ds cet affaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.