Conscient du rayonnement et de l’impact que peut avoir son récit sur les décideurs et les jeunes du monde entier, l’entrepreneur en appelle à un monde où chacun doit pouvoir avoir sa chance pour réussir.

« Si j’ai un message à adresser à la jeunesse, qu’elle soit d’Afrique ou d’ailleurs, c’est de ne jamais perdre espoir. Et aux jeunes Africains, en particulier, je dis de ne pas croire à ceux qui veulent vous faire croire que vous ne valez rien. Si vous avez des rêves, croyez en vous et réaliser vos rêves. Au début, personne ne croyait en moi. Je me suis battu et je suis content de ce que j’ai réalisé aujourd’hui. Ma richesse c’est mon entreprise, ma richesse c’est moi. Et ce que je veux dire aux investisseurs, c’est qu’il ne faut pas avoir peur d’investir sur une personne handicapée ou sur un jeune artiste, parce qu’il y en a de talentueux ».

« L’union fait la force »

Du haut de ses 40 ans qu’il a eu au mois d’avril dernier, Mason Ewing, rêve toujours d’un monde où la bienveillance serait le moteur de vie au quotidien, un monde sans discrimination. Cette philosophie, qui s’est nourrit dans la sève des souffrances qu’il a endurées pendant 8 ans jusqu’à tomber dans le coma et à en perdre la vue, pour mieux les enraciner dans sa conscience, dans une manière d’être.

« Je suis persuadé que c’est l’union qui fait la force. Ma devise c’est avec le luxe, le prestige, la famille, le respect de l’humanité et l’innovation ». C’est au nom de ces principes de vie que Mason se prépare à repartir aux Etats-Unis avec son équipe. « L’objectif c’est d’être entouré par de bonnes personnes, des gens qu’on aime bien, pour continuer à regarder dans la même direction et avancer ensemble. Je trouve que quand on est seul, on avance moins bien », explique-t-il. L’éloge du collectif, certes, mais d’un collectif bien huilé au sein duquel chacun des maillons connaît parfaitement son rôle pour se mettre au service d’un idéal, d’une marque ou d’un nom, celui de Mason Ewing.

Et moi qui ai eu l’honneur et le bonheur de partager plusieurs heures avec Mason Ewing et son équipe, j’ai pu mesurer à quel point cette communauté est fusionnelle. Certainement aussi une des clés de la réussite de ce Camerounais d’origine dont l’histoire est, en tout point, extraordinaire.

Par J.-C. E. à Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.